logo Thanatos



Il était une fois en 1993, trois beaux jeunes hommes : Raoul, Schmielden et Kiko, qui vivaient dans la banlieue et faisaient de la super musique.

A cette époque radieuse, Thanatos plongeait les salles réputées de sa région dans un chaos obscur, gagnant en réputation et savoir faire. C'était une époque où le Death métal n'avait pas conquis le monde et où les batteurs n'existaient pas.
Le groupe se résigna donc à jouer avec Robocop : mi-monstre, mi-machine, 100% bourrin.

Après une série de date en Ile de france et principalement à Paris, le groupe finit par trouver un batteur : Fred, mi-homme, mi-bière. Après quelques concerts mémorables, la vie toujours trop cruelle sépara ces prodigieux musiciens en 1999.

Malgré une tentative de reformation avec Robocop qui mis le feu à quelques villes, le groupe splitta à nouveau, les membres éparpillés aux quatre coins de la capitale en 2000.

La résurection eut lieu en 2005, et THANATOS réveilla la loco à Paris au coté de Destruction, puis le Babylone Café d'Amiens qui finit en douche de bière pour le plus grand plaisir des fans enragés.

Aujourd'hui THANATOS, dont le nom a été repris par une multitude de groupes, va à nouveau répandre la fureur de ses textes fustigeant l'humanité, accompagnée d'une musique toujours plus empreinte d'un désir de mort.

Les hostilités reprirent en cette année 2007, alors que la planète prenait feu et que la lune regardait le monde d'un sourire morbide. Thanatos a donc été finaliste d'Emergenza. Impulsif et dévastateur, le groupe a déclenché la fureur de la foule à l'Elysée Montmartre.

Thanatos a également enregistré un live au New Morning qui hante encore les mémoires par la nouveauté et l'audace de cette œuvre brutale. A réécouter en attendant qu'ils daignent sortir ce qu'ils forgent en ce moment dans leur studio envahi par la moiteur des dessous de bras et l'haleine de bière.



L'histoire complète.